samedi 1 avril 2006

Suis dans un monde en Cyber Plastique

Decidement non, cette ville ne me plait pas. C'est vrai quoi, on ne s'y retrouve pas. Elle hesite entre une urbanisation venu d'occident, d'Afrique ou de Turquie selon les quartiers. Et puis surtout, on peut pas se fier aux gens pour savoir ou on est. J'ai jamais vu ca, il y a des bronzes riches, des blancs pauvres, des carrement noirs presque nantis. Comment faire pour savoir qui est qui. Franchement si 10 ans de dictature ca mene a ca, ca vaut vraiment pas la peine. Moi je dis, pour remettre de l'ordre, il leur faudrait une bonne petite democratie faite de realisme economique. Bref, si elle est elue, la (tres grosse) Loulou (Lourdes) va tout nous regler en deux temps trois traites de libre echange. Chacun sa place. Non mais.
Et puis, que les produits d'importation manufactures ne soient toujours pas a la portee du peuple, on en a cure. De toute facon, lui, il a seulement besoin de manger, et comme comparativement ca ne lui est pas cher, c'est tout benef. Une force de travail au ventre plein, achetant ses cigarettes et son alcool pour rien, ca a le moral et ca travail dur en ordre range.

Plus serieusement, Le Perou, a Lima, donne l'impression d'un pays deracinne. En fait tout a commence au tournant des annes 70 et 80 quand la dictature a decide de privilegier les importations (tiens, tiens, un peu comme Peron en Argentine) et toucher ainsi les aides eminemment philanthropiques de l'occident. Aussi pour le plus visible c'est-a-dire l'automobile, les taxis du centre de la ville et les rares bus de ligne nous rappellent cette epoque de derriere leurs ecussons GM ou Ford, bref Etats-Uniens. Dictature pafee, est venu le temps de la democorrompucratie avant que le bride des Andes ne soit elu, change la constitution et invente une maniere de compter les votes bien a lui. Bref 10 ans d'importations japonaises vont suivre sous le monopole d'abord de Toyota et Nissan (ce sont les infos d'un chauffeur de taxi, alors pour les cuisiniere et la Hifi je ne suis pas au point). On comprend que le Japon ait fait tant de difficulte pour extrader une personne susceptible de parler. Difficile de savoir comment ce pays peut sortir de sa position, puisqu'il en decoule une industrie peu developpee et la manne financiere, permettant a une partie de la population de vivre, vient principalement du tourisme, du commerce, mais aussi de l'extraction de minerais... par des entreprises etrangeres. Bref, tout ca est tres fragile et surtout la Perou reste l'un des pays d'Amerique Latine qui n'a pas connu de regime non corrompu depuis pres de 35 ans.

Ici, la defiance face a l'occident que l'on peut sentir en Argentine n'est pas de mise chez les classes aisees. A voir le score du nationaliste Ollanta dans les campagnes, je pense qu'il n'en va pas de meme la-bas. Le quartier de Miraflores ou j'ai mon hotel est stygmatique de l'installation d'une societe de consommation a l'occidentale. Avec des impots tres haut, les petits commercant aux petites echoppes (sales, c'est bien connu) ont disparu, rachete par les supermarches aseptyses. Le truc c'est qu'ils sont aussi et meme parfois plus chers, mais attention, ils ont l'air conditionne. La ca change tout, on peut ainsi se satisfaire d'une offre en fruits et legumes restreinte et qui plus est pas terrible. Le tout c'est que ca flatte les elites de consommer a l'occidentale, et ce, jusqu'a minuit !!!

Allez faut que je vous quitte, j'ai rencontre un Quebecois genial qui m'a invite a une manif du Parti Socialiste local (le parti Communiste chez nous quoi). L'occasion de discuter et de comprendre ce pays bien complexe.

Demain je vous explique les transports en commun et comment la France a donne l'asile dans les annees 80 a l'un des hommes politiques les plus corrompus du Perou.

Posté par klimo à 20:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Suis dans un monde en Cyber Plastique

Nouveau commentaire