vendredi 24 mars 2006

M'enrhumme dans les Andes

fronteraJ'y suis. Cuzco en temps et en heure, environ 3000 bornes plus tard.

Bien fatigue quand meme le bonhomme, et un solide rhume a la cle. Et oui qu'est-ce que vous voulez, la Bolivie, c'est pas le Perou et les collectivos ne connaissent pas le chauffage meme avec un trou dans le toit ! Heureusement, la drague en bus est un sport nationale, ca permet de rechauffer l'atmosphere...

Le vieux revolutionnaire, un porteur un peu fou et Lucy a la frontiere Bolivienne

Pour ma part, je ne suis pas mecontent de mon Buenos Aires-Villazon (la frontiere bolivienne), puisque j'ai maintenant ou dormir a Cochabamba et Sucre. En fait, on s'est retrouve par hasard a trois personnes bavardes devant. Un petit vieux incomprehensible, mais que je comprenais quand il parlait politique et une biochimiste bolivienne voulant emigrer en Europe (on aurait du echanger nos passeports) et qui m'a file une recette de patates en echange de la recette des crepes. Tout ca augmente d'un petit Argentin du Nord a l'accent a coupe au couteau qui m'a bien fait rire. Morceaux choisis.

[Tu comptes dormir cette nuit ? Parcequ'ici (dans le nord), il fait tellement chaud que le seul moyen d'y arriver c'est a poil (nouvelle expression dans mon voc A Pelota). Mais le truc, c'est qu'une fois a poil benh y a les moustiques et alors la...] je lui propose alors d'echanger nos places pour qu'il voit la tele, et lui de me repondre [Ah parceque tu regardes la tele toi ? Moi pas, c'est de la propagande].

Bref ensuite frontiere avec Lucy et le vieux. Il me trouve le collectivos le plus lent pour Labus Paz, avec un trou dans le toit... et sans toilettes, l'angoisse !!! Mais bon je m'en suis sorti avec les honneurs. Ah oui faut raconter aussi. Durant les six heures d-attente, d'un coup, pfiout plus de vieux. On l'a retrouve 30 minutes avant d'embarquer dansant le tango tangant. Imaginez donc votre petit serviteur a jouer a la va comme je te pousse pour le faire grimper dans ce bondieu de bus sureleve. Lui assis, je trouve ma place et voila t-y pas qu'il se barre le bougre. Je le rattrape, le rassois, il s'endort, ouf.

Aujourd'hui c'etait le Perou, et franchement si les peuples sont issus de la meme culture et s'habillent pareils, c'est different. Disons que la Bolivie c'est un sacre choc culturel, je comprends d'ailleurs comment il peut y avoir du racisme dans le pays. Pour parvenir a Cusco, j'ai pris par hasard le collectivos des Peruviens. Tranche de vie bloque a cote d'une mama dont le posterieure n'avait d'egal que le siege et demi qu'il occupait...

Voili, demain boulot. C'est dur la vie. J'espere que vous pensez a moi !!!

Posté par klimo à 00:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur M'enrhumme dans les Andes

    compañero

    hola
    l individue qui te parle te dit suerte y cuidate.
    cuentas un poco mas de tu vida y de lo que quieres hacer en ese pais.
    Para nosotros, estamos enamorada de la ciudad de Salta y de su region.
    ciao y suerte

    Posté par eug, vendredi 24 mars 2006 à 22:30 | | Répondre
  • Hola tio,
    un cabezazon este viajito por Cuzco ?! Parece en todo caso muy divertido y precioso tus encuentros no ? Me da mucho gracias tu manera de describirlas por lo menos, sigue contando tus aventuras por favor !
    En cuanto a nosotras, pues tocamos al final de las tribulaciones jujueñas y crece ahora la angustia de volver enla capital, vamos a ver, te contare tambien...
    Hasta luego tio
    Emilie

    Posté par Emilia, samedi 25 mars 2006 à 19:04 | | Répondre
Nouveau commentaire